Un nouveau site pour les Infonautes

Plus étoffé, plus clair, plus interactif, plus diversifié : au travers de son site Internet new look, Info se réinvente. Bien plus qu’un simple journal en ligne, il offre aux Infonautes un nouvel espace rédactionnel de proximité.

Rendez-vous familier de nos boîtes aux lettres, du boulanger et du commerçant du coin, Info a tissé depuis plus de 30 ans des liens privilégiés avec ses lecteurs, dans chaque quartier, dans chaque village de la Haute-Vienne. A son rythme hebdomadaire, il s’invite dans tous les foyers et distille au fil de ses pages une information d’ici pour les gens d’ici. Indispensable et irremplaçable, il devient aujourd’hui un acteur-clef de l’information locale sur Internet et un média pluriel, associant toutes les vertus du papier aux possibilités infinies du numérique, notamment en terme d’interactivité.

image-3

Toujours connecté

Avec infomagazine.com, jamais le print et le web n’ont été aussi complémentaires. Désormais, on peut feuilleter Info chez soi et le laisser sur la table du salon sans crainte de rater le moindre article, le journal devenant un véritable objet connecté. Même en mobilité, sur sa tablette, son PC portable ou son smartphone, on peut reprendre sa lecture là où on le souhaite, grâce à un menu qui regroupe toutes les rubriques hebdomadaires : top 10, édito, reportage, interview, actualité, portrait, sport, style de vie, culture…
Simple, ergonomique, l’interface utilisateur a été pensée dans une optique d’efficacité, afin que chaque lecteur trouve instantanément ses marques. Nul besoin d’être un navigateur d’Internet au long cours pour surfer aisément : il suffit de se laisser guider par la home page, très intuitive, avec ses codes couleurs et ses suggestions de lecture, pour trouver rapidement ce que l’on cherche. Et pour rester ultra-connecté, une inscription à la newsletter permet de recevoir gratuitement chaque semaine un digest des grands titres et des reportages les plus marquants.
Interactif

Retrouver tout le contenu de son journal en ligne, c’est bien ; découvrir une édition enrichie, c’est mieux !

C’est pourquoi, à l’heure du web 2.0, infomagazine.com propose aussi de nombreuses fonctions avancées, avec ses nouvelles rubriques en ligne, comme « Psychologie », « La sélection livres, BD, CD » de ses partenaires, les chroniques ciné et culturelles rédigées par des intervenants spécialisés ou encore le blog des journalistes. Des articles en direct permettent de « coller » à l’actualité locale et de mettre en lumière un événement de dernière minute, dans une démarche de média moderne et de proximité. Richement illustré, avec de nombreuses photos et vidéos exclusives, infomagazine.com invite aussi ses lecteurs à participer activement à la vie du site, en devenant eux-mêmes rédacteurs, à travers les commentaires d’articles, véritables mini-forums ouverts aux échanges d’opinions et aux débats d’idées.

Chacun peut également prendre part à l’enrichissement de l’agenda, un outil de référence totalement inédit qui recense chronologiquement et géolocalise toutes les manifestations organisées en Haute-Vienne. Utile au quotidien, ce carnet de bord est le compagnon indispensable du public et des organisateurs, qui peuvent soumettre gratuitement leur événement (culturel, sportif, ludique…) d’un simple clic.

Plus d’Info dans Info

Largement interactif, accessible 24h/24, du coin de la rue comme du bout du monde, infomagazine.com met plus d’Info dans Info, en élargissant l’esprit du magazine papier à l’univers digital. Visible dans les moteurs de recherche, relayé par les réseaux sociaux et les liens hypertexte, il crée une véritable communauté d’Infonautes autour de deux supports complémentaires mais disposant chacun de leur vie propre, afin de s’adapter au tempo de l’information, de ceux qui la lisent et de ceux qui la font. Les dévoreurs de contenu on line, les inconditionnels des pages imprimées, ceux qui voyagent ou encore les Limousins de la diaspora, éloignés de leur région, demeurent ainsi constamment reliés à un journal qui les rapproche et ouvre de nouveaux horizons à la proximité.

Ajoutez dès à présent infomagazine.com dans vos signets et favoris pour explorer Info et redécouvrir votre hebdomadaire.

Publicités

Les fautes d’I-Télé

C’est une cible facile, grâce à qui on peut faire de chouettes captures d’écran. Qui ? Le stagiaire bandeau d’i>Télé, celui qui écrit les courtes informations qui défilent au bas de l’écran, parfois riches en fautes d’orthographe. Trop facile de se moquer ? Oui, estime Pierre, qui a occupé ce poste il y a quelques années. Il raconte l’envers du décor.

 

(Capture d’écran d’i>Télé tirée du Tumblr Lestagiaireditele)

 

Devant notre petite lucarne, nous sommes tous tombés un jour nez-à-nez avec une faute d’orthographe monstrueuse, celle qui hérisse le poil bien comme il faut. Il suffit simplement pour cela de zapper sur une chaîne d’info en continu et de jeter un coup d’œil au bandeau déroulant en bas de l’écran. Les fautes, c’est très fréquent, voire quasi systématique.

 

Que c’est moche ces « bouquets missaires » ou le très célèbre accident survenu à « Jean-Jacques de Compostelle ». C’est la honte de ne pas savoir ça quand même.

 

(Capture d’écran d’i>Télé tirée du Tumblr Lestagiaireditele)

Sur les réseaux sociaux, les internautes s’en donnent à cœur joie. Au point d’avoir créé un Tumblr dédié au « stagiaire d’i>Télé ». Choqués, moqueurs, ils se disent que le mec qui a osé écrire ça a dû mettre Bescherelle et dictionnaire au placard depuis bien longtemps.

Sauf que voilà, ce mec, c’est moi. Enfin, ça l’a été.

Pas de test d’orthographe à l’entretien

Il y a quelques années, j’ai réalisé un stage à la rédaction d’i>Télé. Comme beaucoup d’apprentis journalistes indécis, j’avais postulé dans l’idée de me faire un avis sur le monde de la télévision.  Pas totalement convaincu par le choix de ma spécialisation, je me disais qu’avec ce stage je serais enfin fixé.

Par chance, on m’a rappelé – toutes les rédactions ne font pas cet effort. Au téléphone, j’ai pourtant vite déchanté : le seul stage possible était celui du bandeau, autrement dit rédiger ces lignes de texte qui défilent en bas de l’écran, donnant les infos les plus « chaudes ».

Je n’ai pas sauté de joie, j’ai même longuement hésité avant d’accepter. Finalement, je me suis dit qu’avec un peu de chance, on me laisserait monter des sujets, poser ma voix… Et puis, i>Télé était une chaîne prestigieuse, ça ne pouvait qu’être une bonne expérience.

J’ai passé un second entretien durant lequel on m’a simplement posé quelques questions sur mon parcours, mes connaissances en actualité… Il n’y avait aucun test d’orthographe.

Presque aucune pause déjeuner en deux mois

L’indemnisation était la même que pour la plupart de mes stages : 430 euros environ. Les horaires ? Parfois « décalés » et je devais m’attendre à faire « quelques » weekends.

Je suis donc arrivé à 9 heures un lundi matin, pimpant, frais et motivé. Dans le hall de l’accueil, j’ai rencontré les autres stagiaires, puis on nous a amené dans la salle de rédaction.

En découvrant le poste « bandeau », j’ai vite compris que nous aurions un sérieux problème : nous serions parfois deux, mais il n’y avait qu’un ordinateur.

C’est un ancien stagiaire qui nous a formés au logiciel du bandeau. Lui-même avait été formé par les précédents. Car personne dans la rédaction ne semblait savoir comment le bandeau fonctionnait.

Si nous avions un problème, nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes. Notre seule aide était un lutin avec quelques pages de conseils et des codes erronés.

À l’heure du déjeuner, l’ancien stagiaire nous a lancé avec enthousiasme :

– Pour une fois, vous pouvez aller manger dehors si vous voulez

– Comment ça « pour une fois » ?

– Le bandeau ne doit jamais être seul. Il faut souvent se prendre à manger. Les pauses déjeuner, vous pouvez faire une croix dessus.

Après ce jour, je n’ai effectivement presque plus eu de pause. J’apportais ma salade et je mangeais en trois minutes devant mon écran. La journée, on pouvait parfois s’arranger, mais en soirée ou en week-end c’était impossible, alors je sortais quelques minutes, juste histoire de m’aérer la tête.

Je remplissais des cases à la louche

Dès le premier jour, j’ai réalisé que ce stage n’allait pas me plaire. Au bout de deux semaines, j’ai compris tout ce qu’il y avait à comprendre, c’est-à-dire pas grand-chose.

Mon travail consistait à rester collé au fil AFP. Dès qu’une dépêche me semblait pertinente, je devais la résumer en quelques mots, les glisser dans une case sans jamais savoir le nombre exact de caractères qu’il me restait pour que ça rentre. La technique consistait à remplir une case, puis la moitié d’une autre. À la louche, j’avais une chance sur deux de ne pas déborder. Twitter à côté est un pur bonheur.

Quand une actualité chaude tombait, je devais faire un « urgent ». Le but était surtout d’aller plus vite que les concurrents, peu importe d’avoir lu l’intégralité de la dépêche.

Pour la plupart des rédacteurs en chef, le stagiaire du bandeau est souvent transparent. Pas pour tous, mais pour beaucoup. On m’avait dit que je risquais de ne plus avoir de prénom, mais d’être simplement appelé « bandeau ». Heureusement, personne ne m’a traité ainsi.

Un rythme très soutenu

Les horaires n’étaient pas seulement « décalés », ils étaient intenables. En semaine, il y avait trois plages horaires possibles : 5h30-13h ; 9h-17h ; et 17h-1h. Et comme l’actualité ne s’arrête pas le week-end, les stagiaires étaient aussi mis à contribution : 6h30-15h30 ou 15h30-00h.

Journée, puis matinale, il m’arrivait d’enchaîner des jours avec des horaires totalement décalés. Alors oui, c’est vrai que j’ai pu faire quelques fautes d’orthographe même si elles n’étaient pas « monstrueuses », mais avec un tel rythme de travail, peut-on vraiment m’en vouloir ?

J’ai travaillé un week-end sur deux pendant deux mois, sans jamais être mieux payé que 430 euros. Quand je terminais tard, la rédaction payait le taxi. C’était la moindre des choses.

Je ne regrette pas

Plus d’une fois, j’ai pensé à laisser tomber, mais ce n’est pas mon tempérament. Je ne regrette pas d’avoir accepté ce stage.

Avec le recul, cette expérience m’a appris trois choses : que je devais faire attention à l’orthographe, qu’il fallait hiérarchiser l’information et surtout que je ne voulais pas faire de télévision. J’en ai été dégoûté.

Aujourd’hui, quand je vois une faute sur le bandeau d’i>Télé, au lieu d’en rire, je pense surtout au stagiaire qui, derrière son écran, seul, sans pause déjeuner, enchaînant des horaires ingérables, tente de faire du mieux qu’il peut.

Non, c’est fini. Je ne me moquerai plus.

Source : L'Obs 


Édité par Hélène Decommer