Pourquoi allons-nous tous devenir des travailleurs indépendants – Robert Reich

Aux Etats-Unis, 1/3 des travailleurs sont indépendants. Selon la dernière étude (.pdf) de MBO Partners, le nombre de travailleurs indépendants devrait dépasser celui des salariés d’ici 2020. Mais tous ne seront pas des entrepreneurs enthousiastes. Pour le spécialiste de politique publique, Robert Reich (@rbreich), si nous n’y prenons garde, l’avenir est à l’Uberisation du travail, explique-t-il sur son blog., en comparant le développement des entrepreneurs indépendants d’Uber aux salariés de GM. Si la rémunération horaire des salariés de GM et des entrepreneurs indépendants d’Uber semble assez proche, elle ne l’est plus du tout si on y soustrait leur manque de couverture sociale, les frais dont ils doivent s’acquitter. Les travailleurs d’Uber ne sont pas les seuls à être dans ce cas. C’est également celui des consultants, des pigistes et de nombre d’employés intermittents dans la construction, la restauration ou la coiffure… 

Leur point commun est d’être des entrepreneurs indépendants, un statut qui les fait qu’ils ne dépendent pas du code du travail traditionnel. Cette tendance contribue directement à la baisse des salaires, des heures irrégulières et l’insécurité de l’emploi. Ils ne sont pourtant indépendants que par ce que les entreprises qui les emploient le veulent, leur permettant d’optimiser leurs contributions sociales comme les horaires de leurs employés qui n’en sont pas. Le risque, estime Robert Reich est d’assister à une course vers le bas, invitant tous les secteurs à faire de même. Le risque est que ce nivellement par le bas accélère le fait que de moins en moins de personne ne puisse accéder à des alternatives. Et le problème est que ce système tend à contourner les lois existantes. 

Les pilotes de Fedex sont ainsi des entrepreneurs indépendants, même s’ils doivent s’équiper de camions, des uniformes, des scanners FedEx. En 2014, une cour d’appel fédérale californienne a reconnu que les pilotes de FedEx étaient bien des employés du fait du contrôle de FedEx sur la réalisation du travail. 

« Il est absurde d’attendre que les tribunaux décident de tout cela au cas par cas. Nous avons besoin de règles simples pour déterminer qui est l’employeur et qui est l’employé ». 

Et Reich de proposer une règle simple : toute personne morale qui est responsable de 80% de la rémunération de quelqu’un ou qui reçoit de ce travailleur au moins 20% de ses gains doit être considéré comme l’employeur du travailleur.  

Source : A lire ailleurs

Publicités

Le yoga – Namaste

J’ai testé & adopté !

Dans un monde ou tout va très vite même les cerveaux, il fait bon de se reconnecter à soi et aux autres.

Le Yoga est à mon sens une discipline invitant à la bienveillance, une porte vers la pleine conscience et l’instant présent.

Qu’il est bon de ne plus être ce que l’on fait, mais d’être ce que l’on est.

tumblr_lt89purU3x1qkp1hso1_500

Et le voilà enfin ce post. Aujourd’hui je vais vous parler un peu de ma découverte et de ma pratique du Yoga, une activité qui en théorie n’était pas du tout faite pour me plaire. Je m’explique : quand je fais du sport j’aime avoir de la musique dans les oreilles, du mouvement, de la sueur. Bref sentir que mon corps travaille vraiment et me dépasser.

Bien sûr, comme tous le monde, j’en avais entendu parler, à un détail près : Je m’imaginais assise en tailleur, faire des gestes lents, écouter une voix douce et m’endormir.. Mais, Rien de tout ça ! Pratiquant la méditation depuis pas mal de temps (bien avant le yoga), je n’arrivais pas à intégrer la différence entre le yoga et la méditation. Et pourtant… Je vais tenter de vous expliquer..

Yoga vient d’un mot sanskrit « yuj ». On peut le traduire par « unir, joindre, connecter », « centrer ses pensées, se concentrer sur soi, méditer profondément ». Ok, jusque là, tous le monde suit ! Donc où est la différence avec la méditation ?

On recherche au travers de la pratique du yoga un état harmonieux, aussi bien corporel que mental, l’exercice sur le corps permettant d’accéder au lâcher-prise de l’esprit. Il permet également de trouver l’équilibre, le juste-milieu. La pratique régulière du yoga permet d’être dans le « ici et maintenant » « dans l’intention de » (Clin d’œil à ma super prof qui ne cesse de nous le dire), en étant au plus près de soi-même, sans se laisser polluer par le stress ambiant, en laissant de côté ses tensions.

Bon et la différence avec la méditation ? elle est où là ? Patience, j’y viens…

Le mental au service du corps

Commencé cet été, j’ai d’abord découvert un concept passionnant : La respiration.

Si vous observez votre respiration lorsque vous ressentez un moment de soulagement profond, vous constaterez que vous avez une respiration forte, bruyante, au niveau du larynx. Cette respiration, au quotidien, on la perd. Parce qu’on ne sait pas respirer, qu’on n’y pense pas plus que ça.

Cette respiration parait artificielle à mettre en place au départ, puis, au fil du cours de yoga, elle devient de plus en plus naturelle, pour finir par être essentielle : elle donne un peu le tournis au départ, et petit à petit réchauffe le corps, elle est énergisante, et permet de se dynamiser tout en laissant la pensée vagabonder : elle permet d’approcher de l’état de méditation.

Cette respiration est essentielle pour tout le cours de yoga. Loin d’être une pratique molle et passive, le yoga est véritablement complet, (« très » physique voir même exigeant, si tel est votre état d’esprit). On le répète, mais on est dans « l’intention de », on ne force jamais au yoga, on écoute son corps, on est dans l’instant présent, un jour son corps suit, le lendemain il ne veut pas, et c’est là que le mental intervient.

Le yoga est composé d’une succession de postures (dont la fameuse « salutation au soleil »), tout en fluidité, sans aucun moment de pause (Pour la salutation au soleil hein, parce que c’est pas l’usine non plus !). Les premières minutes sont dynamiques, on force dans les bras, les jambes, puis on se « décrasse » peu à peu et on gagne en énergie et en souplesse, la respiration s’installe de plus en plus naturellement.
La notion d’effort laisse petit à petit place à l’adrénaline, quel délice !  On pense moins, on observe tout son corps, et personnellement, j’en tire un véritable plaisir physique et mental, le même que je recherchais depuis des années et qui me semblait compliqué à retrouver…

yoga

Cet enchaînement de postures est physiquement éprouvant, il oblige à faire sans cesse la balance entre souplesse et force, volonté et lâcher prise, relâchement et technique, méditation et tonicité.
On se rend compte peu à peu qu’une posture qui paraissait complètement anti-naturelle et compliqué devient un réel plaisir une fois qu’on s’y est installé, la plus belle preuve est qu’on n’a plus envie d’en sortir ensuite.

J’ai fais une véritable découverte sur les capacités de mon corps et de mon esprit, j’ai enfin trouvé cette formidable sensation que je cherchais depuis longtemps, l’harmonie entre mon esprit et mon corps !

Une autre chose que m’a fait découvrir le yoga, et qui est très différente des salles de sport, est qu’il n’y a pas de notion de performance et de compétition.
C’est une pratique personnelle, chacun vient au cours avec ses forces et faiblesses, et c’est seul qu’on apprend à se découvrir, à repousser ses limites. Il y a des expérimentés, des débutants, des très minces, des très musclés, des souples, des puissants. Des hommes et des femmes, des jeunes et des plus âgés.
Je sens d’ailleurs une excellente ambiance à chaque fois dans mes cours (pas du tout comme en salle de sport), personne n’observe l’autre en douce pour se comparer, il n’y a pas de miroirs, le groupe dégage quelque chose de bienveillant et de positif.
L’aspect spirituel qu’on donne à sa pratique est aussi très personnel. Loin des clichés, le yoga n’est pas une pratique de gourous illuminés, il n’est d’ailleurs pas lié à la religion; c’est une pratique méditative, chacun y puise ce qu’il souhaite et donne le sens qu’il souhaite à cette activité.

Si vous êtes tentés, je ne peux que vous conseiller d’essayer.
Il faut simplement que vous vous assuriez de trouver un bon prof, sérieux, bienveillant, à l’écoute.

Loin des clichés de gourou, ingénieure issue du milieu industriel, ma prof, Jamila (Namaste Limoges) est excellente et possède toutes ces qualités et bien plus encore.   Elle est diplômée des centres internationaux Sivananda de Yoga Vedanta, amatrice de danses et cultures du Monde.  Elle continue son apprentissage sur la voie du Yoga (sadhana) au sein des centres internationaux Sivananda. Elle propose des cours d’essai gratuit de Hatha Yoga de 6 à 110 ans.

Je précise quand même que nous ne sommes pas à  New-York, par conséquent, nous sommes 9 – 10 par cours, Jamila est donc présente et veille avec toute sa bienveillance sur chacun de nous.

Le yoga étant de plus en plus à la mode, il faut veiller à ne pas tomber sur des profs incompétents.

Cinq bonnes raisons de s’y mettre  :

1) C’est très V.I.P…mouais, bah je m’en fous complètement ! V.I.P ou pas, fashion or not, j’avais déjà envie de faire du yoga avant que les stars comme Madonna, Meg Ryan ou encore Stella McCartney deviennent des adeptes enthousiastes…mais bon voilà, le yoga à la mode fait vendre…des grands couturiers aux marques de sport…passons…

2) C’est bon pour le galbe… les enchaînements de postures, associés à une respiration contrôlée, améliorent et tonifient la silhouette…je dis OUI !

3) C’est accessible…le yoga convient à tout le monde…oui bien sûr, homme, femme, de tout âge, de toute morphologie… c’est cela que j’apprécie au yoga, ce n’est pas une compétition, chacun gère selon son corps et son esprit !

4) Ça remonte le moral…ah oui, même débutante… à la sortie d’un cours, je me sens bien…plus relaxée …voir même plus déterminée.

5) C’est addictif…oui ! essayer, c’est l’adopter !

6) Sur le plan corporel, on s’assouplit ? Le corps s’est remis à sa place. On est décontracté, détendu. Le mental s’est consacré à une seule chose : adopter la position recherchée, respirer, lâcher les tensions, être à l’écoute des sensations envoyées par son corps.

Alors envie de vous y mettre ?

Une BONNE adresse :

Jamila – NAMASTE LIMOGES

namastelimoges@gmail.com
Mobile : 06 11 03 95 98 / Fixe : 05 55 79 86 55
Lien Facebook

 

 Signification de Namasté

10370964_812193678792398_7230480198129617584_n