La terre est bleue comme une orange

Et si une poignée de mots, lisses, cartésiens, sans double sens, suffisait à tout comprendre, tout expliquer, tout partager ?

affiche-deborah-chock-terre-bleue-comme-une-orange-60x80
Les zèbres ne porteraient plus ces drôles de pyjamas à rayures qu’ils dézipent en secret lorsque l’ébène de la nuit protège leur pudeur. La terre serait ronde, oubliant qu’elle fut bleue comme une orange. Une étoile resterait à jamais un soleil d’ailleurs, elle qui est le diamant et l’ivoire, l’accroc dans la toile du ciel, le trou de souris par lequel on observe les rêves. La lune, un satellite de rocs et de poussière : nulle fusée, fendant les nues, n’aurait l’audace d’aller lui taper dans l’œil, laissant Cyrano et Méliès stupidement ancrés dans l’attraction du réel. La mer serait salée, mais les larmes, les baisers, les grandes vagues des draps froissés d’ébats et de solitudes, l’odeur de l’averse sur la ville, les embruns d’un chagrin qui s’abrite sous un parapluie, son chant des baleines et le goût de la mélancolie ?

Désir désordre

Pour un oui, pour un non, mais plus pour un peut-être : on scellerait la mort des points de suspension. Condamnées, les acrobaties du silence. Au marbre, l’apesanteur d’une attente, les soupirs, les respirations fragiles d’une virgule suspendue à un rien. De plomb, d’ordre et de calme, les paroles ne diraient plus l’essentiel : la tempête, les naufrages, les récifs contre lesquels on s’assomme pour se relever aussitôt, ivre de colère, de bonheur ou de vie, la flèche de piment d’une langue posée sur les immenses tumultes d’un cœur, sa sauvagerie d’enfant sage, ses lames de sabre affilées, leurs félines morsures, l’onguent des sierras, des déserts et du vent. Parler pour ne rien dire, se taire à tort et surtout de travers : est-ce notre faute, notre très grande faute d’orthographe, si nous préférons croire en l’improbable, en la magie, au pouvoir occulte de nos désirs en désordre ? Même s’ils ne riment à rien, ils sonnent comme autant d’espoirs ou d’illusions de liberté.

By Stéphane FÉLIX – Journaliste

Édito du  2 mars 2015Info magazineBlog des journalistes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s