ABM s’expatrie à Limoges !

Vous êtes journaliste et vous souhaitez entrer en contact avec ABM Limoges pour des informations concernant nos actualités, obtenir visuels, connaître nos programmes (…), nous vous invitons à contacter :

Relations presse :
Marie-Laure PIVERT : 06 08 11 30 95
mlpivert@gmail.com

Pour en savoir + rendez vous sur http://www.abm.fr/

ABM Limoges

transport scolaire au nord de l'Argentine Transport scolaire au nord de l’Argentine

L’association nationale Aventure du Bout du Monde (ABM), qui réunit depuis 1988 des voyageurs indépendants passionnés et encourage à voyager dans le respect des pays visités, dispose désormais d’une antenne à Limoges.

Portée sur les fonts baptismaux en novembre 2015, avec le parrainage amical de Didier Jehanno, cofondateur de l’association, qui était présent pour l’occasion, ABM Limoges a posé ses valises à l’ouest du Massif Central, où elle entend être un relais de proximité pour tous les aventuriers du Limousin, voire au-delà. Outre sa mission de représentante d’ABM auprès de ses adhérents locaux, l’antenne limougeaude a pour vocation de favoriser les échanges d’informations afin de permettre à chacun de mieux préparer son périple et, au retour, de communiquer son expérience.

Le bureau d’ABM Limoges regroupe des bourlingueurs de tous horizons, réunis autour de leur passion du voyage d’un style simple et naturel, qu’il soit…

View original post 82 mots de plus

Les relations presse et l’impossible engagement sur les résultats.

On ne le dira jamais assez,  le service de relations presse n’est pas un vendeur de bagnoles.

Afficher l'image d'origine

Et comme une piqûre de rappel n’a jamais tué personne, le site 1min30 vient de publier qu’en plus de n’avoir aucun don de voyance, les relations presse ne peuvent pas s’engager sur des résultats. Malgré les attentes de leurs clients en termes de visibilité et de reprise, les relations presse ne peuvent pas promettre d’obtenir une page dans Le Monde, Les Echos ou tout autre support, comme par magie. En effet, par nature, un service de presse qui fait bien son job, prépare, conseille, mais ne maîtrise ni l’angle que le journaliste aura choisi, ni ce qu’il aura retenu de la conversation, jugé pertinent de garder dans son article, ni parfois la date de parution.

Le rôle du service de presse est de négocier, de trouver le bon compromis entre les demandes et les attentes parfois contradictoires du journaliste et du porte-parole. Le rôle du service de presse est de favoriser la prise de parole, de proposer une information structurée, vraie, de provoquer la rencontre et la discussion, et c’est au journaliste ou à l’influenceur de choisir si celle-ci mérite d’être reprise ou non.

Le service de presse n’est pas un service commercial !

Le service de presse n’est pas un vendeur de bagnoles. Il « vend » simplement des sujets à des journalistes qui doivent écrire un papier dans le cadre de la ligne éditoriale de la publication pour laquelle ils travaillent. Tandis qu’un commercial se voit fixer des objectifs de chiffre d’affaires, il dispose d’un indicateur de performance simple et clair dont dépend sa rémunération variable.

La comparaison des deux métiers a donc peu de sens. En effet, celui d’attaché de presse consiste à concevoir une orchestration médiatique, à définir les messages clés, à déployer un calendrier des actions de relations media en accord avec les plans marketing et business d’une organisation,  à identifier les journalistes cibles pour telle ou telle communication et trouver les occasions d’entrer en contact avec eux.

Les relations presse ne sont pas une science exacte ; elles réussissent grâce à la relation étroite tissée entre une agence et son client, au partage d’information, aux bonnes décisions prises ensemble. On peut éventuellement mesurer l’impact d’une campagne en calculant son équivalence publicitaire par rapport à l’investissement pour juger de son efficacité, et prendre en compte d’autres éléments qualitatifs relatifs aux retombées (comme le taux de lecture). Mais les relations presse et les départements pub font rarement la route ensemble.

Liberté de la presse, séparation des contenus publicitaires et rédactionnels, frontières de plus en plus ténues, sensibilités exacerbées…