Les relations presse et l’impossible engagement sur les résultats.

On ne le dira jamais assez,  le service de relations presse n’est pas un vendeur de bagnoles.

Afficher l'image d'origine

Et comme une piqûre de rappel n’a jamais tué personne, le site 1min30 vient de publier qu’en plus de n’avoir aucun don de voyance, les relations presse ne peuvent pas s’engager sur des résultats. Malgré les attentes de leurs clients en termes de visibilité et de reprise, les relations presse ne peuvent pas promettre d’obtenir une page dans Le Monde, Les Echos ou tout autre support, comme par magie. En effet, par nature, un service de presse qui fait bien son job, prépare, conseille, mais ne maîtrise ni l’angle que le journaliste aura choisi, ni ce qu’il aura retenu de la conversation, jugé pertinent de garder dans son article, ni parfois la date de parution.

Le rôle du service de presse est de négocier, de trouver le bon compromis entre les demandes et les attentes parfois contradictoires du journaliste et du porte-parole. Le rôle du service de presse est de favoriser la prise de parole, de proposer une information structurée, vraie, de provoquer la rencontre et la discussion, et c’est au journaliste ou à l’influenceur de choisir si celle-ci mérite d’être reprise ou non.

Le service de presse n’est pas un service commercial !

Le service de presse n’est pas un vendeur de bagnoles. Il « vend » simplement des sujets à des journalistes qui doivent écrire un papier dans le cadre de la ligne éditoriale de la publication pour laquelle ils travaillent. Tandis qu’un commercial se voit fixer des objectifs de chiffre d’affaires, il dispose d’un indicateur de performance simple et clair dont dépend sa rémunération variable.

La comparaison des deux métiers a donc peu de sens. En effet, celui d’attaché de presse consiste à concevoir une orchestration médiatique, à définir les messages clés, à déployer un calendrier des actions de relations media en accord avec les plans marketing et business d’une organisation,  à identifier les journalistes cibles pour telle ou telle communication et trouver les occasions d’entrer en contact avec eux.

Les relations presse ne sont pas une science exacte ; elles réussissent grâce à la relation étroite tissée entre une agence et son client, au partage d’information, aux bonnes décisions prises ensemble. On peut éventuellement mesurer l’impact d’une campagne en calculant son équivalence publicitaire par rapport à l’investissement pour juger de son efficacité, et prendre en compte d’autres éléments qualitatifs relatifs aux retombées (comme le taux de lecture). Mais les relations presse et les départements pub font rarement la route ensemble.

Liberté de la presse, séparation des contenus publicitaires et rédactionnels, frontières de plus en plus ténues, sensibilités exacerbées…

 

Publicités

RP : Comment être sûr que votre CP sera lu ?

attache-de-presse« Bonjouuuuuuuuuuuuuuur vous avez reçu mon communiqué ? »  Quel journaliste n’a pas eu cette question dix fois par jour de la  part d’un jeune stagiaire frais émoulu d’une école de rp. S’il a été  envoyé à la bonne adresse, il y a effectivement de fortes chances  que le communiqué soit reçu. Lu,en revanche. La probabilité est  plus faible. Nonobstant le côté marronnier de ce post, j’ai pour  mes ami(e)s RP – à qui la réactivation de ce blog n’a pas échappé,  et je les en remercie-,  exhumé cette étude de Buzzstream menée auprès de 500 journalistes/blogueurs américains, visiblement soumis aux mêmes contingences relationnelles que leurs confrères d’outre-Atlantique. Les conclusions sont pleines de bon sens, mais méritent d’être rappelées.

A commencer par une première prise de conscience : le ratio entre RP et journalistes est foncièrement dissymétrique. Aux Etats-Unis il est de 5 RP pour 1 journaliste. La France doit plus ou moins être dans les mêmes eaux (je suis preneur des chiffres!).

Le constat chiffré

– La plupart des journalistes écrivent un article/post par jour
– Ils reçoivent plus de 100 communiqués par jour
– Ils sont sollicités 20 fois par jour en moyenne
– 45% écrivent parfois un article a partir d’un communiqué

Au regard de cet édifiant constat, force est de reconnaître un manque d’efficacité flagrant du communiqué de presse comme incitation à la rédaction d’un reportage. Quelles sont alors les pistes ?

Quelle solution pour être efficace ?

Pour 70 % des journalistes, la piste préférée est une élaboration conjointe d’un sujet avec le RP, alors que 30% préfèrent avoir un sujet bouclé. Une approche logique, le journaliste préférera toujours bénéficier de l’aide du RP pour obtenir des informations et lui ouvrir des pistes, plutôt que de répercuter un communiqué en l’état. Dans cette logique de co-création, 64% des journaliste considèrent comme important d’avoir noué une relation avec le RP en amont. L’importance pour les RP de cultiver son réseau n’est sans doute plus à démontrer.

Sur le mode d’entrée en contact

– 81% des journalistes préfèrent être contactés par email
– 69% préfèrent les recevoir le matin
– l’e-mail doit être personnalisé et concis – moins de 100 mots
– L’objet du mail détermine son ouverture

Les sujets préférés sont pour le top trois


1) Les breakings news

2) Les études exclusives

3) Des histoires avec une charge émotionnelle forte

 En résumé

Si l’étude est récente, force est de reconnaître à sa lecture que rien n’a réellement changé en termes d’attentes et de modalités relationnelle entre RP et journalistes depuis…longtemps. A l’instar des reproches faits par ces derniers sur les relances ineptes, les sujets sans intérêts et l’inadéquation entre
le support cible et les cp envoyés.

En revanche pour les RP l’évolution est flagrante sur un point : la nécessité de maîtriser le marketing éditorial. Comme le relève cette étude, le principal déclencheur à la prise en compte d’un CP par un journaliste est, outre le sujet, la rédaction du CP, à commencer par l’objet du mail. C’est cet objet déterminera l’ouverture ou non de votre mail.Tout comme un e-commerçant, l’imagination et la pertinence seront nécessaires pour rédiger cet objet.

Deuxième étape, la concision du communiqué de presse. Comme tout un chacun, le temps du journaliste est précieux. Travailler sur l’économie de l’attention exige d’aller droit au but et de livrer l’information en respectant l’intangible pyramide de l’information. Vous pouvez essayer d’autres formats, mais à vos risques et périls.

Finalement, Une évolution parallèle et qui répond aux mêmes exigences que celles demandées aux journalistes et rédacteurs de l’ère numérique : la co-création et une approche technique de l’éditorial et marketing pour capter l’attention.

Bonus Track : infographie CP à faire et à ne pas faire

Communiqué de presse : a faire et  à ne pas faire

Très bon article trouvé par hasard.

Source : http://balises.info/2015/03/30/rp-comment-etre-sur-que-votre-cp-sera-lu/

%d blogueurs aiment cette page :