ABM Limoges : C’est parti pour l’aventure.

Communiqué de presse

Logo ABM

L’association nationale Aventure du Bout du Monde (ABM), qui réunit depuis 1988 des voyageurs indépendants passionnés et encourage à voyager dans le respect des pays visités, dispose désormais d’une antenne à Limoges.

Portée sur les fonts baptismaux en novembre 2015, avec le parrainage amical de Didier Jehanno, cofondateur de l’association, qui était présent pour l’occasion, ABM Limoges a posé ses valises à l’ouest du Massif Central, où elle entend être un relais de proximité pour tous les aventuriers du Limousin, voire au-delà. Outre sa mission de représentante d’ABM auprès de ses adhérents locaux, l’antenne limougeaude a pour vocation de favoriser les échanges d’informations afin de permettre à chacun de mieux préparer son périple et, au retour, de communiquer son expérience.

Le bureau d’ABM Limoges regroupe des bourlingueurs de tous horizons, réunis autour de leur passion du voyage d’un style simple et naturel, qu’il soit proche ou lointain. Président : Jean-Yves Lavergne. Vice-présidentes : Marie-Laure Pivert, Sandrine N’Goma. Vice-président : René Tibogue. Secrétaire : Jeannette Chamoulaud. Trésorier : Gérard Legros.
Cette belle équipe prépare d’ores et déjà le premier Festival des Globe-Trotters, qui aura lieu à Limoges, les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 novembre 2016, sur deux sites (Espace CITE et CCI de Limoges et de la Haute-Vienne).

A propos d’Aventure du Bout du Monde :
Fondée en 1987, l’association Aventure du Bout du Monde (ABM) a pour objectif de promouvoir le voyage dans le respect des populations et des pays visités. Au fil des années, ABM est devenu un véritable carrefour de rencontres et d’échanges d’expériences autour du voyage hors des sentiers battus. Riche de ses 4000 adhérents qui ont parcouru des milliers de kilomètres à travers le monde, ABM met à disposition dans ses locaux et sur son site internet http://www.abm.fr , une documentation alimentée et enrichie par les récits de ses voyageurs tout-terrain, publie le bimestriel Globe-Trotters Magazine et organise chaque année le Festival des Globe Trotters, articulé autour de projections et de débats.

ABM est devenu le premier réseau de voyageurs en France, avec une quinzaine d’antennes en région et plus de 10 festivals organisés chaque année.

Contact presse :
Marie-Laure PIVERT : 06 08 11 30 95
mlpivert@gmail.com

Lire à Limoges by Stéphane

Lire à Limoges va entrouvrir ses pages. Des auteurs viendront y glisser leurs mots. D’autres, leurs silences. De ceux qui résonnent, déraisonnent et donnent du sens à ce qui n’est pas encore écrit.

Écrire, c’est user d’une arme aiguisée, c’est un cri et un combat, un simulacre de crime parfait adouci au velours de l’encre, c’est l’éternel triomphe de l’esprit sur la force brute, l’insaisissable flèche des polémistes, des pamphlétaires, des éditorialistes. Et le venin des lâches, qui sont parfois les mêmes. Ceux qui observent et qui expliquent, au microscope de leurs hauteurs de vues, le monde comme il va, comme il ne va pas et comme il devrait aller, les engagés de l’arrière, aux barricades de papier, les avant-gardes de la prise de risque – parce qu’écrire, c’est risqué : et c’est au fil de la plume qu’une réputation se fait ou se défait. D’apparences et d’illusions brodé, écrire, c’est l’art paresseux de ceux qui se couchent tard, cette obsession textuelle de l’avoir, du grand fracas des verres d’une soirée VIP, le verbatim à la mode, le froissement de l’ego, des robes et des pages.

Zéro de conduite

Le courage d’écrire et d’agir de concert ne court plus guère les rues depuis que les utopies sont passées de mode, délavées, rétrécies : roulez, tambours d’un romantisme sans fifre, sans panache et sans nostalgie ! Écrire, c’est être réaliste. Et fi de la part de rêve et du grain de folie. Et pourtant, s’il est vrai que rien n’est jamais écrit, l’espérance nous est permise, à condition de la prendre sans attendre quelque permission. Contre la tiédeur emportée et la rage polie, signons une charte de mauvaise conduite. Zéro pointé à l’infini. Laissons passer sous le pont de nos silences ce qui en nous demeure d’élégance, de belles nuits, de rêves en dentelles, de diaphanes blessures guéries au miel d’un mot sous la lune. Un peu de rien, un soupçon de poésie, guère plus qu’un souffle, enfantin comme l’art de se taire, pour qu’enfin, de la matière, de la chair, du tonnerre, quelque chose de vrai, émerge, jaillisse et s’impose comme une évidence : écrire, c’est exister.

3858584644

By Stéphane FÉLIX – Journaliste

Édito du 7 avril  2015Info magazineBlog des journalistes